C’est quoi le Shiatsu?

Florian Dylas Blog

Entretien avec Florian Dylas

Florian, comment définis-tu le Shiatsu ?

Le Shiatsu est un savant mélange de massage bien-être et de médecines traditionnelle et antique chinoises. Selon des écrits du IVème siècle trouvés au Japon, sa pratique est issue de thérapies ancestrales.

C’est peu connu en France, non ?

En effet. Sa pratique est répandue au Japon et elle est reconnue par le Ministère de la santé. Le Shiatsu jouit d’une reconnaissance incomparable dans ce pays et y prime sur la médecine allopathique. D’après ce que je sais, il est utilisé aussi pour un travail global, un peu comme cela existe en France avec certaines formes de kinésithérapie ou l’ostéopathie.

Ce n’est pas reconnu ici, en France ?

Si, si, comme une médecine complémentaire. Aussi, de nombreuses mutuelles remboursent une partie ou l’intégralité du prix des séances.

Tu veux nous dire comment se passe une séance ?

Quand je vous reçois au cabinet ou vient à votre domicile, nous commencer par discuter de vos pratiques quotidiennes et de vos attentes. Associé à la prise des pouls chinois, cet échange me permet d’établir un premier bilan de vitalité.

Ensuite, vous vous allongez sur un futon (une sorte de matelas japonais que j’ai choisi en coton bio certifié). Par des pressions sur votre corps, ainsi que des mouvements et des étirements ostéoarticulaires, je travaille selon les théories de la médecine chinoise. Je m’intéresse aux méridiens et aux points d’acupuncture. Mon objectif est de rétablir progressivement et en douceur votre équilibre énergétique. Le shiatsu s’intéresse à la personne dans sa globalité, avec ses aspects conscients et inconscients physiques, psychiques et émotionnels. D’ailleurs, je complète presque toujours mon approche avec l’utilisation de moxas, des bâtons d’encens japonais, afin de renforcer le travail global.

Comment tu choisis de travailler tel ou tel aspect avec la personne que tu reçois ?

Je travaille avec la personne que ce qu’elle me donne à travailler. Ce que je veux dire, c’est que pour améliorer la santé d’une personne, il faut qu’elle y participe. Il est donc indispensable qu’elle soit d’accord pour qu’on aborde ensemble cet aspect qu’elle veut changer, qu’elle soit d’accord pour que je travaille dessus avec le Shiatsu, qu’elle soit prête à modifier progressivement son comportement au quotidien en vue d’assurer le nouvel équilibre et qu’elle s’y engage.

Je ne me permets pas d’aborder des sujets que l’on ne me présente pas. D’abord, parce que ce serait contre éthique et ensuite parce que ça ne servirait à rien ! Il n’y aurait pas de changement puisque la personne n’autoriserait pas le changement.

Une séance dure combien de temps ?

1h en moyenne. Mais j’adapte le temps au besoin. Il m’arrive de faire des séances de 45mn et d’autres d’1h30.

Dans certains accompagnements s’ajoute un suivi téléphonique et mail, notamment en diététique du juste milieu. Il est vraiment utile aux personnes car il leur permet de se sentir soutenues et valorisées et d’avoir des missions hebdomadaires à mettre en place très progressivement. Un vrai changement s’opère step par step [ndlr : pas après pas].

Qu’est-ce que c’est, la diététique du juste milieu ?

Une forme d’équilibre alimentaire inspirée de la médecine traditionnelle chinoise. Cette façon de cuisiner et de manger diminue les efforts de digestion et d’élimination du corps d’une part, et augmente la capacité du corps à réguler la glycémie et à absorber les éléments nécessaires à son bon fonctionnement d’autre part. Cela apporte une énergie et un bien-être de fond, et permet de réduire les taux de toxines et de pesticides dans le corps.

Les gens viennent uniquement quand ils éprouvent des douleurs ou des émotions négatives ?

La plupart oui. Cependant, je reçois aussi des personnes qui sont en forme, qui se sentent en santé, et qui veulent maintenir cet équilibre. C’est vraiment intéressant de venir pour ne pas tomber malade. D’ailleurs, en Chine et au Japon, on favorise cette médecine préventive. Elle améliore la qualité de vie des usagers et leurs économies (moins d’absentéisme au travail, moins d’achats défouloirs, moins de consultations et d’achat de médicaments…) !

Merci Florian pour toutes ces réponses. Un dernier mot ?

Je t’en prie ! Un dernier mot, oui : prenez soin de vous aussi bien que vous prenez soin de votre véhicule. Je sais de quoi je parle, ma formation initiale il y a 20 ans était dans le domaine de l’automobile et de la mécanique !